Namujé : Les saveurs de nos îles Comores

Newsfromabc vous fait découvrir des saveurs tout droit venues des Comores, Namujé est une marque de thé et d’essence d’Ylang-Ylang. Cette entreprisse commercialise de l’huile essentielle d’Ylang Ylang mais également des feuilles de thé. Des produits qui sont d’origine comorienne et 100% naturels. L’huile essentielle d’Ylang Ylang est connue pour ses nombreuses vertus apaisantes.

Namujé signifie « venez » en swahli. La Fondatrice de Namujé, Samirat Bacard  à accepté de nous faire voyager à travers cette interview. Elle fait découvrir au monde la richesse du thé de l’archipel et a accepté de répondre à nos questions.

sans-titre

Newsfromabc  Pouvez-vous vous présenter et présenter votre marque ?

Bonjour. Moi c’est Samirat. J’ai 40 ans. Je suis une maman comblée par l’affection de mon mari Olivier et celle de mes deux enfants Arthur et Audrey. Nous vivons à Antony en région parisienne depuis que j’ai complété la formation comptable que j’avais entamé après mon bac aux Comores. Après plusieurs années de labeur en tant qu’employée au sein d’une grande entreprise parisienne, j’ai finalement décidé de mettre un terme à mon contrat pour travailler à mon compte. C’était une décision difficile à prendre mais je rêvais de devenir un jour indépendante et contribuer au développement de mon pays. Alors je me suis lancée et c’est dans cette esprit que nous avons créé Namujé. Depuis 2013, nous commercialisons du thé traditionnel comorien à partir de notre site internet www.namuje.com/boutique.

Newsfromabc : Comment est née Namujé et pourquoi avoir choisi ce nom ?

Namujé c’était d’abord l’idée d’Arthur, mon fils aîné qui a imaginé le concept et le nom. Il adore le thé, spécialement le thé traditionnel. Quand il a su que j’envisageais de créer ma propre entreprise, il m’a suggéré l’idée. Nous l’avons tout de suite adoptée. Namujé est à la fois un appel au monde entier à venir découvrir les richesses des Comores mais aussi une invitation à venir passer de bons moments autour des saveurs des îles aux parfums.

Newsfromabc : En 4 mots que signifie pour vous Namujé ?

Voyage, bien-être, nature et identité

Newsfromabc : Pourquoi avez vous décidé de commercialiser du thé comorien plutôt qu’un autre produit ?

Le thé parce qu’il est selon moi un produit qui nous caractérise. Nous comoriens, nous ne parlons pas tous la même langue. Notre culture diffère quelque peu selon les régions mais nous buvons tous le même thé que nous soyons à Moroni ou à Domoni. Le thé comorien fait parti de notre identité car il est intemporel. Sa consommation a traversé bien des époques mais son succès reste entier grâce notamment à son goût si spécial. Il faut savoir aussi qu’il est fait à base de plantes dont les vertus sont connues et reconnues. Pour toutes ces raisons, nous sommes convaincus qu’il peut apporter un bien-être évident à nos clients.

Newsfromabc : Racontez nous quelques étapes que vous avez franchies pour en arriver là.

J’ai démarré avec beaucoup d’appréhension. Je savais ce que je voulais mais je n’avais pas les moyens de l’obtenir tout de suite. J’ai été patiente et je peux dire aujourd’hui que j’ai été récompensée car j’ai croisé sur mon chemin des personnes qui ont énormément apporté au projet Namuje. J’ai rencontré des designers, des journalistes. J’ai fais la connaissance d’autres entrepreneuses comme moi. Toutes ces étapes m’ont aguerri et m’ont confirmé que j’avais fais le bon choix.

Newsfromabc : Quelles ont été les principales difficultés auxquelles vous avez dû faire face ?

Les principales difficultés c’est quand  les fournisseurs ont pris tout leur temps pour me livrer. C’est très difficile de ne pas pouvoir satisfaire les besoins des clients.

Newsfromabc : Quels conseils pourriez vous donner aux futurs entrepreneurs ?

Je  leurs dirais de ne pas avoir peur de se lancer et surtout de croire en leurs projets. Pour moi, c’est le plus important. Quand le moral baisse, on a tendance à lâcher prise mais il faut persévérer. Avec la volonté tout le monde peut entreprendre.

Publicités

Culture : le Musée des civilisations noires voit enfin le jour !

Cette semaine, nous avons appris l’inauguration du Musée des Civilisations Noires au Sénégal. La cérémonie de remise des clés à eu lieu ce mardi 26 janvier en présence du Ministre de la Culture et de la communication, Mbagnick N’Diaye et du vice-ministre chinois du Commerce. La toute nouvelle structure aura pour objectif d’exposer et de faire découvrir la civilisation noire au monde entier. Son inauguration est prévue en novembre 2016. Le musée des civilisations noires est « un haut lieu de Culture qui deviendra le foyer de résurrection et d’épanouissent des civilisations noire de l’Afrique et des diasporas »,  a indiqué le Ministre Mabagnick N’Diaye.

Un rêve qui devient réalité. En effet, ce musée est l’aboutissement d’un rêve de plus de 50 ans. qui aurait fait un grand plaisir au président Léopold Sedar Senghor s’il était encore vivant. Depuis 1966 le président Léopold Sedar Senghor qui avait jugé incontournable, la mise en forme d’un édifice pour exposer les richesses des civilisations noires. Un souhait que le président Abdoulaye Wade a tenu à travers son projet intitulé « les 7 merveilles » . Le  président Senghor en avait fait un objectif prioritaire mais malheureusement par faute de financement le projet fut abandonné. C’est à partir de 2009 que l’espoir es revenu avec la coopération chinoise.

Le musée des civilisations noires, construit près du centre-ville de Dakar, grâce à la coopération avec la Chine, sera inauguré en novembre prochain. Ce joyau architectural d’une superficie de 13.785 m2 sur 4 niveaux comprend une salle de conférence, un auditorium de 150 places, des locaux administratifs, un atelier de conception des exportions est « incontestablement le plus important en Afrique de l’Ouest » a rappelé le Ministre de la Culture.

Par la même occasion , le vice-ministre chinois du Commerce a évoqué le tenue d’un atelier pour soutenir le Sénégal dans la gestions de l’infrastructure du musée. Il a souligné également le dynamisme des relations entre la Chine et l’Afrique, dans les domaines des relations humaines, infrastructures, commerciales etc. Selon lui le gouvernement attache une importance particulière à la réalisation de ce projet qui est  « l’épanouissement des civilisations noire de l’Afrique et de la diasporas ».

L’inauguration de ce  temple de la culture porté par Me Abdoulaye Wade aura lieu le 26 novembre 2016, en présence de chef de l’Etat, Macky Sall et d’autres chefs de gouvernement.

Construite à coté du Grand théâtre, les deux infrastructures vont être reliées, faisant des lieux, le poumon culturel de Dakar. L’entrée en fonction de ce musée va définitivement renforcer les échanges culturels entre l’Afrique et la Chine.

 

La photographie de rue : rencontre avec Paps Touré

 

Ce Jeune, beau et talentueux photographe Paps Touré répond à nos questions et partage avec nous sa passion pour la photographie de rue. Il sillonne les rues de Paris et prend en photo tout ce qui bouge. La vie de Paps Touré bascule pour la première fois sur le pont Stalingrad lorsqu’il rencontre un SDF dans la rue et le prend en photo avec son Nikon D40. Outre le fait d’être un photographe en 2010, Paps Touré fonde l’association 2-OR. Cette association sans but lucratif vient en aide aux sans-abris en distribuant des repas, des vêtements en compagnie de bénévoles, toujours avec le sourire. Il reverse également une partie de ses bénéfices de vente de photos à l’association.

En 2012 il sort son livre photo « PAS SI SIMPLE » dont la préface est signée par Oxmo Puccino. Pas si simple retrace trois ans passés à arpenter les rues de Paris. « Pas si simple » pourquoi ? Selon lui, la vie est complexe, parce que c’est une expression qu’on peut employer à n’importe quel moment, mais aussi une réponse un peu facile  qui offre une jolie pirouette pour ne pas répondre à une question.

41++2pC638L__SX380_BO1,204,203,200_

Newsfromabc : Peux-tu te présenter?

Je m’appelle Paps Touré, j’ai 35 ans, je suis du XIXème arrondissement de Paris. J’ai grandi à Paris, à Danube. Je fais de la photographie de rue, urbaine en sillonnant les rues de Paris. Mon originalité, mon art, c’est de saisir des instants de vie réelle et éphémère.

Newsfromabc : Que représente la rue pour toi?

C’est mon mode de vie, c’est plus qu’une école, c’est un refuge, une deuxième maman, mais aussi une source d’inspiration. Je ne la quitte jamais. Je capture des photos dans la rue. Elles sont parfois tristes, émouvantes mais souvent, elles sont justes réalistement vraies.

10404366_816379771758778_1900095246090113416_n

Le contraste

 

Newsfromabc : As-tu un souvenir d’un shooting photo que tu souhaites partager avec nous?

Mes seuls souvenirs sont mes photos, elles parlent à ma place. Elles me permettent d’arrêter le temps. Je ne définis mon métier comme photographe. Ce n’est pas un métier comme ceux qui vont à l’usine. C’est vraiment une passion. Je roule et je shoot partout.

Newsfromabc : D’un point de vue technique, quel matériel photo utilises-tu?

La première fois que j’ai acheté un appareil photo, c’était un  Reflex de Nikon D40. Ma première photo, c’était un vagabond qui était sur le pont Stalingrad et c’est à partir de là que j’ai décidé de continuer. Actuellement c’est le Fujifilm X100s que j’utilise. Je ne le quitte jamais.

Newsfromabc : Pour terminer cette interview, un conseil, un message à faire passer?

Croire en soi et au destin.

Bienvenue sur NEWFROMABC.com !

Newsfromabc.com est né de la volonté de deux étudiants de l’université Paris 13, MOUSSA Rahamya et DAIF Anas. Notre but est de mettre en valeur la culture maghrébine & arabe, noire et caribéenne à travers des articles et des interviews.

De plus en plus de jeunes venants d’origines diverses se lancent dans des projets ambitieux mais souvent difficiles à achever. En effet, être catégorisé de « noir » ou « arabe » n’aide pas toujours.

Tout d’abord, sachez que ce site n’est en aucun cas dirigé vers une religion spécifique, c’est-à-dire que si nous vous proposons un article sur une jeune fille qui vend des jilbebs, ce n’est pas pour tenter de vous convaincre de vous convertir à l’Islam, loin de là ! Ce site est un espace d’échange et de respect entre toute origine et religion confondue.

Nous souhaitons faire connaître au grand public ces designers, comédiens, cusiniers, chanteurs et autres professionnels (ou amateurs) afin de leur offrir une meilleure exposition médiatique.

Vous pouvez avoir 10 abonnés  ou 50 000 sur Youtube, les chiffres ne comptent pas. Nous prenons en compte la volonté et la rigueur de votre travail. Toute forme d’art est la bienvenue sur notre site internet.

Pourquoi NEWSFROMABC?
A désigne Arabic, B & C est une référence à Black/Caribéenne & C Culture. Evidemment, si vous êtes un jeune artiste asiatique, latino ou européen qui veut faire découvrir sa passion aux internautes, vous êtes le bienvenu.

Sur ce, à très bientôt sur NEWSFROMABC ! Et n’hésitez pas à vous abonner à la newsletter pour recevoir instantanément les articles dès qu’ils seront prêts !