Quand la magie opère

Laëtitia Kandolo est une styliste et directrice artistique française d’origine congolaise. A seulement 24 ans son parcours est impressionnant. Après avoir decroché son Baccalauréat économique et social,elle a intégré l’école de mode en Fashion Business, Mod’Art International. Après un « break » d’un an elle a repris ses études chez Esmod où elle est diplômée d’un Bachelor en Marketing et Gestion des innovations dans les entreprisses de mode. Elle a débuté sa carrière dans la mode très tôt puisque la jeune femme a travaillé avec des artistes tels que Kayne West, Alicia Keys, The Black Eyed Peas, Sultan ou encore Madonna pour ne citer qu’eux.

En 2014 elle crée sa marque Uchawi qui signifie magie en Swahili. Uchawi c’est aussi sa première collection entièrement fabriquée au Congo. Avec sa marque Uchawi la fashionnista  veut faire valoir sa culture et ses racines !

BAND_001.jpg

Uchawi collection

 

Newsfromabc : D’où vient Uchawi ?

Uchawi signifie « magique » en swahili. Je dirais le nom que j’ai attribué à ce monde, celui dans lequel je vis au quotidien. Je fais de me rêves une réalité, et par conséquent rend mon quotidien magique. C’est un monde de rêveurs, de battants, d’ambitieux et de bons vivants. L’objectif est de faire ressortir chacun de ces éléments à travers un de mes langages courants, le vêtement. C’est pour cela que je parle de life-style au delà d’une simple marque, c’est une véritable maison de création où tout est susceptible d’être une inspiration.

Newsfromabc : Après vos études comment s’est déroulé votre carrière ?

Ma carrière a débuté pendant mes études. A l’issu d’un premier stage en première année je suis entrée au sein du Ghubar Magazine, la même année je devenais assistante styliste sur la dernière tournée des Black Eyed Peas en 2011. Ensuite j’ai enchainé les tournées, les artistes, les magazines divers (Sting, Rihanna, Kayne West, Conde Nast Russie, Vogue Turkey …). D’où ma coupure après deux ans d’études en continu. J’ai validé mon Bachelor il y a un an par correspondance, ce qui m’a permis de continuer, d’être sur la route.

Newsfromabc :  Qu’est ce qui vous a donné envie de faire du stylisme ?

Les différents arts qui s’y accordent. J’ai fait de la danse plus jeune, j’ai grandit dans la musique. J’aimais la photographie, l’idée de pouvoir créer un personnage m’a donnée envie de faire du stylisme. A 18 ans je disais « je kifferais travailler avec des artistes ! » On me regardait avec de gros yeux. Et a 19 ans tout a commencé. Tout est possible !

Newsfromabc : Quelle est votre plus belle rencontre dans la mode?

Une rencontre avec la responsable Wholesale Italy de chez CELINE. Une femme qui s’interesse de près à ce que je fais et s’arrange pour me conseiller, me pousser dans ce que j’entreprends. Chacun de mes jobs m’apporte quelque chose de différent. Rencontrer Kayne West, parler mode, musique, rencontrer Bea Akerlund l’une des plus grandes stylistes en vie, la couturière de Diana Ross et ses divers anecdotes et j’en passe … Ca n’a pas de prix !

Newsfromabc : Pourquoi avoir choisi le Congo ?

Je suis française, d’origine congolaise. J’ai un lien personnel avec le pays. C’est pour moi une suite logique, un métissage constant, un savoir-faire français associé à un savoir-faire congolais. Et puis en grandissant j’ai été plus curieuse sur l’histoire du Congo, ce qui m’a donné envie d’y retourner. J’adore voyager, découvrir, apprendre. Le Congo est un pays exceptionnellement riche ! Et je souhaiterais sincèrement mettre une lumière sur toutes ces richesses non exploitées. C’est également un autre moyen de mettre en avant une autre facette de l’Afrique.

 

Newsfromabc : En quoi vous différenciez vous de la concurrence ?

Je pense simplement qu’Uchawi a une vision totalement différente, ce qui se fait tant au niveau marketing, visuel ou encore commercial. L’esprit Uchawi et les objectifs vers lesquels mon équipe et moi dirigeons actuellement sont propres à aucune marque Africaine actuelle. Si nous restons sur le Congo, aucun groupe textile est présent hormis Vlisco, Woodin. Uchawi présente une gamme fraîche et jeune avec certains produits faits-mains, de l’imprimé mais également d’autres produits beaucoup  plus causals et minimaliste. Ce qui devrait permettre avec le temps d’étendre la gamme de prix et répondre à une demande diverse. Notre maison de création va au delà  des clichés de ce que l’on attend d’une marque africaine sans oublier pour autant la présence de codes africains. Le tout en gardant un objectif principal, que la majorité des produits soient potables dans différents circonstances et climats.

Newsfromabc : Pouvez vous nous dire pourquoi la mode africaine séduit elle de plus en plus ?

Je pense qu’elle séduit parce qu’elle est en pleine expansion. Contrairement à l’Occident on y voit naître des marques complètement nouvelles et toutes différentes. Entre Paris, New York, Londres, Milan, le secteur sature, les marques répondent à des codes précis, des tendances prédéfinis. En Afrique c’est la liberté, il n’y a pas de règles pour les créateurs. D’un point de vue culturel des expositions dans les plus grandes capitales sur le Congo, Nigeria, le Sénégal… ont lieu, ce qui permet de découvrir et d’y être immergé inconsciemment. Et puis il y a également les facteurs socio-économiques qu’il ne faut pas oublié. L’Afrique est en pleine croissance beaucoup de personnes y retournent pour s’installer ou pour de longues durée, une classe moyenne commence à prendre de la place. Où s’habiller en Afrique ? Quelles sont les boutiques de prêt a porter présentent sur le terrain ? Il y a t-il des chaines de « retailers » ? La mode et le textile sont deux clés en Or, pour le développement d’industrie mais également pour le secteur tertiaire. La Mode en Afrique ? Tout le monde y gagne.

11942101_930195093713223_7905842868093024055_o.jpg

Fashion bomber

 

Newsfromabc : Y’ a t-il une différence entre l’idée qu’on se fait du métier et la réalité ?

Beaucoup. Ca n’a souvent rien à voir mais faut le voir pour le croire. J’espère avoir l’occasion de vous montrer tout ça ! Mais ce n’est pas juste une question de vêtements ça va bien au-delà. C’est énormément de recherches !

Newsfromabc : On dit que « les cordonniers sont les plus mal chaussés », et pour les styliste comment ça se passe ?

(Rire) Je dirais oui et non. Mes journées sont simplement très longues ca peut être 10H – 2H. Donc je suis souvent mal «fagotée » sur mes sets, je pourrai m’y rendre en pyjama !  Enfin je porte beaucoup de noir, de gris, beaucoup de basics, de sweats, levis 501. Je dirais que nous passons tout notre temps à penser pour les autres, à créer nos plus grands fantasmes « stylistiques » sur d’autres. Nous sommes les personnes de l’ombre alors on fait peut être moins attention à nous. Mais j’adore m’habiller ! Cependant le mythe de la styliste toujours en talons c’est faux.

Newsfromabc : Un dernier mot pour les personnes intéressées par la mode ?

Croyez en vos rêves, Fermez votre Facebook, votre instagram et étudiez l’histoire de Mode à travers les livres et les reportages cela vous ouvrira les yeux sur beaucoup de choses actuelles, vous en serez surpris, et pris d’une vision plus large que ce que l’on croit.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s