Interview de Chancel Gatsoni, coach sportif et nutritionnel 

Chancel n’a pas eu un parcours typique pour devenir coach sportif. À cause d’une blessure, il a dû arrêter les sports de combats et se consacrer entièrement à sa phase de convalescence. Au cours de sa période de convalescence il fait la rencontre de deux jeunes filles qu’il aide à se maintenir en forme, à bien s’alimenter qu’il a ressenti l’envie de devenir coach sportif. Aujourd’hui Chancel Gatsoni ne jure que par le dépassement de soi. Il est coach sportif mais il fait également du coaching nutritionnel. Newsfromabc est parti à la rencontre de ce coach pessimiste, ambitieux et surtout courageux au parcours atypique. 

Newsfromabc : Tu as pratiqué de nombreux sports comme le taekwendo, la capoeïra ou encore la boxe thaïlandaise. Quels sont tes conseils ?

Il est important de croire en son potentiel. Se donner les moyens et surtout tout mettre en œuvre pour y arriver. Il y aura forcément des moments de rechutes mais il faut persévérer, rester ambitieux et humble.

Newsfromabc : Ta philosophie s’articule autour du dépassement de soi. Selon toi l’échec physique n’existe pas ?

À mon avis non parce que l’échec n’est pas de tomber mais l’échec c’est d’abandonner. Lorsqu’on continue tant bien que mal à persévérer on ne peut pas échouer. Donc pour ma part il n’est pas possible d’échouer. C’est comme les barrières et les limites. Les seules barrières qui existent sont celles qu’on s’impose. Il faut savoir vaincre la difficulté.

img_2333.jpg

Newsfromabc : « Prendre soin de soi pour mieux prendre soin des autres. » Es-tu d’accord avec cette expression ? 

Je suis tout à fait d’accord ! Lorsque tu te sens bien dans ta peau, mentalement et que tu es en harmonie avec toi même la seule chose que tu désires pour les autres c’est qu’ils soient dans le même état que toi.

Newsfromabc : Comment va se dérouler une journée type pour toi ?

Ma journée commence à 6h où je me réveille. Je mange à 7h30 et je pars m’entraîner jusqu’à 9h. A 10h je commence ma séance de coaching jusqu’à 18h. Après cela je donne des cours collectifs à 19h dans ma salle.

Newsfromabc : À quoi ressemble ton alimentation ?

Mon alimentation est très saine et équilibrée. Mais je ne me prive pas. J’adore la cuisine africaine, je mange souvent les plats africains. J’ai 3 à 4 repas par jour. Là où je fais attention c’est au niveau de la quantité et la portion. Je mange beaucoup de légumes, viande et du poisson. Le dimanche c’est vriament mon jour de repos où je me fais vraiment plaisir.

Newsfromabc : La pratique accompagnée par un coach sportif serait-elle plus efficace que la pratique seule en salle ?

La pratique accompagnée est très efficace pour les personnes qui n’ont aucune notion du sport. Le coach va vous permettre d’avoir un bon suivi. Quand la personne acquiert un bon niveau c’est très bien. Mais pour commencer c’est mieux d’avoir un coach sportif. Moi même j’ai été suivi par des coachs et des entraîneurs. Il faut éviter cette ego en disant que « je n’ai pas besoin de l’autre. » On a toujours besoin d’une personne.

pSulB62O.jpg

Newsfromabc : Comment se passe une séance de coaching ?

Le coaching particulier où je suis seul avec la personne on commence par un échauffement, on travail 30 à 45 minutes. En fin de séance on fait un bilan, j’essaye de la remotiver et de la remettre dans l’objectif. La partie mentale est très importante.

Newsfromabc : De quelle manière motives-tu tes clients lorsqu’il y a des phases de découragement ?

J’essaye de leursrappeler d’où nous sommes partir. Quand on début on se dit que rien est impossible. Lorsque qu’il ya des phases où la personne devant moi stagne, je lui rappelle simplement qu’au début elle ne pensait même pas franchir le pas et pourtant elle a réussie.

Newsfromabc : Quelle est ton meilleur souvenir en tant que coach sportif ?

Des souvenirs j’en ai plusieurs. Mais une rencontre avec une fille qui avait perdue totalement confiance en elle suite au décès de son père. Elle souffre d’une maladie de la peau. Elle était à 140 kilos. Elle m’a contacté, je lui ai expliqué la démarche à suivre. Elle a commencé en janvier 2015. Depuis  je n’ai jamais eu de ses nouvelles jusqu’au 1er janvier 2016. En un an elle a perdu 60 kilos, elle a repris goût à la vie. C’est l’un des plus forts souvenirs en tant que coach sportif.

Newsfromabc : As-tu un message pour inciter ou encourager les personnes à pratiquer du sport ?

Le sport ne vous fera pas vivre plus longtemps. Le sport est nécessaire au bon fonctionnement du corps. Le corps c’est comme une machine, il faut donc en prendre soin. 

Pour contacter le coach Chancel Gatsoni il  vous suffit d’accéder à son site. Allez, on se motive pour cette nouvelle semaine qui débute ! 

Publicités

Interview gourmande avec le chef cuisinier Ali Zouina 

Manger sain et gourmand ? Oui ça existe ! Cette semaine Newsfroambc a rencontré le propriétaire et chef cuisinier du restaurant La French Touch. Il nous parle de ses débuts en tant que chef cuisinier mais aussi de son amour pour la cuisine.

Le chef cuisinier Ali Zouina est un autodidacte dans le monde culinaire. Diplômé en ingénierie, il débute en tant que propriétaire d’une pizzeria. Il décide par la suite d’ouvrir son restaurant la French Touch. Sa marque de fabrique ? Travailler avec une viande 100 % bio d’origine française ! 

Newsfromabc : Comment êtes vous tombé amoureux de la cuisine ?

C’est une longue histoire. Je n’ai pas fait de cursus en hôtellerie. Je n’avais pas de bagages dans ce domaine. Au début j’avais une pizzeria et j’ai travaillé quelques années. J’ai trouvé cette pizzeria qui était délabrée mais j’ai vu qu’il y avait un potentiel. J’ai décidé d’investir dans cette pizzeria. J’ai dû modifier pas mal de choses. Je ne travaillais pas dedans. Au bout d’un an ça ne marchait pas comme je le souhaitais. J’ai donc pris la décision de venir travailler moi même et de m’occuper de ce commerce. J’ai pris goût à travailler. Lorsque je travaillais dans mon commerce c’était différent. C’est comme ça que je suis tombé amoureux de la cuisine.

Newsfromabc : Votre restaurant se nomme La French Touch, pourquoi avoir choisi ce nom ?

La French Touch parce qu’on voulait décliner le burger à la touche française. La cuisine française est synonyme de qualité. Nous avons ajouté une viande française, charolaise bio issue de l’agriculture biologie répondant au label AB. 

 

« Hamburgeoisez-vous ! »

 
Newsfromabc : D’où viennent les idées de vos recettes ?

Comme je n’ai pas beaucoup de bagages, je n’ai pas de bases en cuisine mais j’ai beaucoup de créativité. Je ne reproduis pas ce que je vois mais je m’inspire. J’ai ce côté créatif et c’est ce que qui fait que mon restaurant connaît plutôt un succès.

Newsfromabc : Selon vous la cuisine doit-elle attirer nos cinq sens ?

Je dirais que c’est évident. De par expérience, en premier lieu c’est le visuel, ensuite c’est l’odeur. La cuisine ce n’est pas que le goût. Aujourd’hui encore plus avec l’aspect pub/marketing. 

Newsfromabc : Quel est votre plus beau souvenir gustatif ?

Il y en a beaucoup ! Mais je dirais que c’est un plat de ma mère. C’est un plat à base de crêpe qu’on déchire et on rajoute une sauce avec pleins de légumes.

Newsfromabc : Dans votre profession vous êtes amené à diriger une  brigade. Quel type de management appliquez vous ? 

J’ai un management assez flexible. Je base tout sur la confiance. Une personne en qui je n’ai pas confiance ne peut pas faire partie de mon équipe. J’ai besoin de gens qui travailleront aussi sérieusement que si j’étais la.

Newsfromabc : Avez vous des ingrédients que vous aimez retrouver particulièrement dans vos recettes ?

Non pas spécialement. Nous avons une base d’assaisonnement dans nos steaks. C’est une formule que j’ai créé. Je pense que cela apporte une touche par rapport à nos concurrents. Je ne pense pas avoir d’ingrédient particulier si ce n’est l’amour. Je travaille toujours avec amour.

Newsfromabc : Qu’est ce qui vous différencie de vos concurrents ? 

Déjà en amont le fait d’avoir une viande bio. On s’est fait connaître de par la communication. Étant issu du métier informatique, j’avais des facilités à utiliser les outils notamment les réseaux sociaux. C’est la qualité de notre communication. Les clients sont sensibles à la façon dont on communique. Après il n’y a pas de secret. On peut vendre du rêve mais si le client est déçu il ne reviendra pas. Il y a aussi le fait d’être parmi les premiers à s’être insérés dans le gourmet burger. 

Tous les desserts sont faits maisons chez French Touch

 

Newsfromabc : On associe souvent le métier de cuisinier comme étant une issue de secours après un échec scolaire. Que pensez vous de cela ?

Je ne pense pas parce que c’est un métier comme tous les autres métiers artisanaux. Ça demande de l’amour. Ce n’est pas une issue de secours parce que les gens baisseraient plus les bras. Pour durer dans ce métier il faut aimer ce qu’on fait. C’est un métier connu comme étant difficile. Je ne suis pas d’accord avec cette idée. Au contraire, je dirais que c’est un métier réservé aux gens motivés et qui ont de l’amour à donner. 

Newsfromabc : Que pensez vous de l’expression « le client est roi » ?

C’est une  expression qui est de plus en plus vraie. Aujourd’hui les clients peuvent parler de vous sur les réseaux sociaux. Il faut faire attention à ce que le client soit satisfait. On ne tolère pas certaines choses sous prétexte qu’ils soient clients mais il faut faire au mieux. Je demande à mes serveurs d’être pédagogues et patients. C’est important que le client parte satisfait mais sous certaines conditions. 

Newsfromabc : Quels sont les chefs qui vous inspire ?

Il y a un chef pâtissier qui m’inspire particulièrement et c’est Philippe Conticini. Il m’inspire parce qu’il est à contre courant de la tendance. La pâtisserie consiste à créer des gourmandises qui tapent à l’œil. Lui il mise tout sur le goût. Il est moins dans le visuel mais plus dans l’essentiel. Il s’inspire des goûters de l’enfance, du vrai goût du beurre, des fruits etc.

Newsfromabc : Où voyez vous votre business dans 5 ans ?

Je dirais que je suis en tournant. Si je dois me développer ce n’est pas aujourd’hui. Dans 5 ans j’espère m’être implanté dans une grande ville de France et avoir au moins un restaurant à l’étranger.

Newsfromabc : Comment pouvez vous nous convaincre d’aller chez French Touch ?

Je dirais à un client satisfait ou remboursé. Je pense que ça les attire.

Newsfromabc : Auriez vous un conseil à donner aux jeunes qui voudraient suivre cette voie ?

Il est important de bien réfléchir avant de se lancer. Prendre le temps de la réflexion et se préparer à faire des sacrifices. 

Les amis vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire !

Conseils et astuces beauté de CaramelSkin

Après l’interview beauté de Petit Bout de Soleil, c’est autour de la blogueuse CaramelSkin de nous dévoiler des astuces et nous donner quelques conseils make-up.

Newsfromabc : Parle-nous de ton métier de maquilleuse et de ton blog.

J’ai d’abord démarré par le blog il y a maintenant plus de 3 ans. Ja n’avais aucun but lucratif, comme on peut le voir aujourd’hui sur les blogs beauté. Je voulais parler de ma passion, partager mes astuces. J’essayais de faire un blog qui me ressemblait. Le but était avant tout de conseiller les femmes afros-caribéennes et métisses. Je ne m’attendais pas à un tel enthousiasme. J’en suis encore aujourd’hui, très reconnaissante du soutien que j’ai eu à travers les articles. Mon métier de maquilleuse s’est développé au fil des années. Je maquillais beaucoup dans mon entourage, des personnes à l’extérieur etc, et puis j’ai décidé de rendre les choses plus officielles. En 2014 je me suis lancée dans l’auto entreprenariat. C’est un défi personnel, j’en suis fière aujourd’hui et je ne compte pas m’arrêter.

Newsfromabc : D’où viens cette passion pour le maquillage ?

De ma mère ! Elle a toujours été coquette, je m’en inspirait beaucoup étant plus jeune. Le maquillage a commencé à faire partie de ma routine « beauté » dès l’adolescence. Ça a commencé par le blush Bourjois, par le khôl que je piquais à ma mère. Avec le temps mon regard de perfectionniste m’a poussé à aller plus loin tout en gardant une méthode classique mais moderne. Et c’est à partir de là que ma trousse de maquillage a explosé lol.

Newsfromabc : As-tu suivi des études pour devenir maquilleuse ?

Je n’ai pas fait d’études dans le domaine maquillage, je me définie comme une autodidacte. J’ai appris sur le « terrain », en faisant des erreurs et en réessayant etc. Les vidéos YouTube m’ont beaucoup aidé. Les écoles de maquillage sont beaucoup trop onéreuses. Mais si je devais me perfectionner, je pense un jour intégrer l’école Makeup Forever à Paris. Et pourquoi pas prendre des cours de cosmétologie !

Newsfromabc : Quelle est ta routine beauté, le geste que tu aimes faire tous les jours ?

Je commence chaque matin par laver le visage avec mon nettoyant favori de la marque Bioderma. Je ne m’en passe plus. C’est THE geste que j’aime faire, avant de me maquiller. Le soir, même sans maquillage je me démaquille avec un lait dermo nettoyant de la Roche Posay. Donc le geste que j’aime faire c’est le soin. C’est la clé d’un beau maquillage : un soin irréprochable !

 

Newsfromabc : Si tu devais utiliser un seul produit make up pour sortir, lequel serait-ce ? 

Le MASCARA ! Ça réveille le regard et ça rattrape, pour ma part la mauvaise mine.

Newsfromabc : Plutôt poudre ou fond de teint liquide ?

Sans hésiter le fond de teint liquide ! Mais en été je peux facilement m’en passer. Une poudre va plutôt m’aider à avoir un teint hâlé pendant la période estivale ! Le fond de teint liquide permettra plutôt de corriger les imperfections.

Newsfromabc : Des astuces ou conseils pour avoir un make-up parfait ? 

Si vous cherchez une couvrance au niveau des cernes, j’applique mon anti cerne (fluide de préférence) et je laisse sécher pendant 1 à 2 minutes. J’estompe ensuite avec une éponge. Les cernes seront parfaitement camouflés ! Pour une tenue de l’anti cerne, posez ensuite une poudre translucide (Ben Nye ou Mac) et laissez poser quelque minutes.

Newsfromabc : Et pour avoir un make-up naturel, que peut-on faire ?

Il faut mélanger votre fond de teint avec une crème de jour, votre teint sera « flawess » ! Appliquez ensuite une poudre bronzante pour apporter de la dimension au teint. Pour de belles lèvres naturelles, faites un gommage au sucre roux/huile d’amande douce et appliquez un baume teinté. Pour les joues, préférez les blushs crèmes, c’est beaucoup plus malléable et la peau sera encore plus éclatante. Et enfin votre mascara préféré !

Newsfromabc : Est ce que le fait d’être maquilleuse signifie que l’on doit être maquillée en permanence et auprès des clientes ?

Je me maquille pour aller au travail au quotidien, pour rester présentable. Mais lorsque je rencontre des clientes, j’essaie de ne pas être trop maquillée. Si l’on vient maquiller avec un smoky ou avec des paillettes partout la cliente peut devenir réticente. On représente la beauté et on doit être irréprochable. Mais ça ne doit pas être un « déguisement ».

Newsfromabc : Des gammes de produits beautés à recommander à nos lectrices ? 

Je recommande vivement aux lectrices de dépenser selon leur budget ! Tout est bien dans le make-up. Le secret se cache dans la technique ! J’aime Mac Cosmetics, The Balm, Uban Decay, L’Oréal,Wet’Wild etc.

Pour plus de conseils personnalisés, vous pouvez la contacter par mail : CaramelSkin.leblog@gmail.com, ou sur sa page Facebook : CaramelSkin. Les filles vous savez ce qu’il vous reste à faire entre les astuces de Petit Bout de Soleil et celles de CaramelSkin vous êtes servies !

 

Une dj sexy aux platines

Cette semaine nous nous intéressons à Anaïs B  une Dj et productrice internationale d’origine Guadeloupéene, sénegalaise et Allemande. Elle fait ses premiers pas en tant que Dj à New York. Elle débute d’abord en tant que bookeuse artistique avant de se lancer dans la musique. Apres 3 mois d’apprentissage à New York, la jeune femme décide de revenir en France et de vivre de sa passion. Newsfromabc vous propose de partir à la rencontre de cette artiste internationale.

1907485_814305165305122_1670111333335702479_n

Allez Dj balance le son !

Newsfromabc : La vie d’un DJ c’est la fête, le tour du monde … Est ce vraiment ça la vie d’un DJ ?

Le métier de DJ c’est donner du plaisir aux gens, les faire danser, les divertir, donc dans ce sens oui mais ça reste un travail. Il y’a de la préparation,de la   recherche, de l’entraînement … Il y’a beaucoup de voyages c’est vrai et j’adore, ça me permet de m’enrichir musicalement et humainement. J’ai déjà la chance d’avoir fait pas mal de voyages et j’espère avoir l’opportunité de découvrir encore d’autres pays. Je suis addicte, je veux être une citoyenne du monde !

Newsfromabc : Qu’est ce que ça fait d’être une femme dans ce monde »dominé » par les hommes ? As-tu déjà  subi le sexisme ?

C’est plutôt un avantage à mes yeux ! On est moins nombreuses et on apporte une sensibilité differente dans le mixe, la selection musicale ! Pour qu’une soirée soit réussie il faut que les filles dansent, une fois qu’elles dansent les hommes suivent, bouteilles affluent et l’ambiance est lancée ! Qui de mieux qu’une femme peut savoir ce qui donne envie aux filles de danser ?! Du sexisme, non en général les gens sont agréablement surpris de voir que c’est une femme aux platines.

Newsfromabc : As-tu un rituel avant de te mettre aux platines ?

Je fais souvent une petite sieste dans la journée (j’essaye!) pour avoir la pêche le soir. Un peu d’entraînement , une bonne sélection musicale, pleins de pensées positives dans la tête et c’est partie !

Newsfromabc : Quand on est derrière les platines voit-on la soirée différemment ?

Ho oui lol ! J’analyse  tout ! Regarder les gens, observer leurs réactions par rapport à mes mixes et à la musique que je passe, ça me permet de m’adapter à ce qu’ils aiment. Ça m’aide à choisir les musiques qui vont leur faire plaisir ! Sinon de là où je suis en général je vois tout : les personnes trop alcoolisées, celles qui font semblant de connaître les paroles, les bons danseurs, les mauvais, les dragueurs (lol) etc.

11234055_819605958108376_3280279308189517676_n

Fashion Dj

Newsfromabc : Tu as mixé dans des cadres assez variés, à New York, Dubai (au VIP ROOM), au Congo, Paris (au Queen, La favella Chic) … C’est donc différentes expériences non ? Peux-tu nous en parler ?

Oui c’est complètement different dans chaque pays, je ne mixe pas pareil à Dubaï, en Afrique, à Paris et à New York. C’est pas la même clientèle donc c’est pas la même sélection musicale. Et tout dépend  également du club où tu mixes. Mais de mes experiences personnelles, j’ai constaté que par exemple à New York les gens etaient plus ouverts à la découverte, du moment que la musique est de qualité. L’avantage quand tu viens d’Europe et que tu as des origines variées comme les miennes c’est que tu as une culture musicale large et variée. Aux États-Unis ils apprécient beaucoup cela car je peux jouer de tout. Quand je mixe en Afrique je me sens chez moi, je suis très attachée à L’Afrique et particulièrement au Senegal. J’ai mixé en Côte d’Ivoire , au Congo (Brazaville et Kinshasa), et au Senegal. A chaque fois l’ambiance est au rendez-vous , ils adorent le Hip Hop et faire la fête ! A Dubaï j’ai mixé à chaque fois  au VIP ROOM c’est le luxe dans toute sa splendeur !  La clientèle est cosmopolite. Les bouteilles et les tables sont à des prix exorbitants ! L’ambiance est très bonne, ils savent s’amuser. La cabine Dj est centrale et pivote sur elle-même. Tu es accueillie au Marriot hotel 5 *dans une suite immense c’est grandiose.

Newsfromabc :  Quel est ton meilleur souvenir mix ?

C’était à New York sur Le Rooftop du Gansevoort Hôtel à Manhattan et au Wanderlust à Paris. Dans ces deux soirées là il y avait une énergie de dingue un truc incroyable ! C’est pour les moments magique comme ceux la que j’adore mon travail.

Newsfromabc : A quel endroit peux t-on te croiser après minuit en général ?

Il n y a pas vraiment d’endroit précis, disons que pour l’instant j’ai decidé de ne pas être Dj Resident mais Dj Guest. Donc on me book en France et à l’étranger en invitée Guest de manière ponctuelle, ça me permet d’être plus libre et ouverte sur l’étranger. Donc pour savoir où je suis il faut me suivre sur les reseaux sociaux Instagram, Snapchat, Periscope: @iamanaisb et sur Facebook: Dj Anaïs B

Newsfromabc : Maintenant parlons beauté, pour toi le maquillage c’est tous les jours ou ça t’arrive de laisser ta peau respirer ?

A la maison je laisse ma peau respirer. Il m’arrive de sortir faire les courses sans maquillage de temps en temps mais sinon dès que je sors je me maquille.

Newsfromabc : As-tu une senteur preferée que tu aimes retrouver dans tes produits cosmetiques ? En parlant de fragance, quel est ton parfum préferée ?

Mon parfum préférée c’est Midnight Rose de Lancôme. Une tuerie !

Newsfromabc : Pour terminer cette interview, un conseil pour nos lecteurs qui voudraient se lancer dans la musique ?

Je dirais que si tu sens dans tes trippes, que la musique te fait vibrer, si c’est vraiment ta passion lance toi et suis ton instinct. Je citerai pour finir un proverbe que j’adore: « LE SUCCÈS N’EST PAS LA CLEF DU BONHEUR, LE BONHEUR EST LA CLEF DU SUCCÈS. SI TU AIMES CE QUE TU FAIS, ALORS TU ATTEINDRAS LA REUSSITE » HERMAN CAIN

12345601_893087627426875_5115367975445198807_n

Retrouvez Dj Anaïs B sur les réseaux sociaux instagram, snapchat, périscope (Iamanaisb) et bien sur Facebook (Dj Anaïs B), pour être à l’affût de ses prochains évènements ! #GoDj

La diversité de la beauté humaine : Interview avec Adama DOSSO

Depuis maintenant quelques années, des mannequins tels que Winnie Harlow, Shaunn Ros etc sont devenus les égéries préférés des grandes marques Dior, Givenchy, Desigual … Ils ont dépassé les normes de la mode, ont su briser les tabous mais surtout faire de leur différence une force ! Ces mannequins sont devenus des inspirations, ils sont la preuve que l’on peut-être « différent » et percer dans la mode. Aujourd’hui les grandes marques recherchent des modèles atypiques ou hors-normes pour les représenter, la mode embrasse un « nouveau genre de beauté ».

Il est grand, beau aux yeux verts, le modèle Adama DOSSO s’est confié à Newsfromabc sur son mètier en tant que modèle photo. Il a 24 ans et fait des castings, photos, courts-métrages avec pour côté atypique son albinisme.

164_15247_150314_bibetwilliam_adama_409[1]

Newsfromabc : Quelle est la journée type pour un modèle photo ?

La journée type pour un modèle est de se lever et d’avoir la chance de faire ce qu’on aime : en l’occurrence pour moi le mannequinat. Pouvoir rencontrer du monde de par cette activité, échanger avec des personnes souvent venues d’horizons totalement différents, avoir des cadeaux à l’issu d’un shooting (lol !) et pouvoir répondre aux questions des gens concerant soit ma profession soit (le plus souvent) mon albinisme.

Newsfromabc : Quels sont les castings les plus importants auxquels vous avez participé ?

Assurément celui qui précède le tournage du clip de Beyonce : Flawess ! En toute franchise, il s’agit du seul réel casting « d’envergure » auquel j’ai participé. Les autres concernaient des artistes « un peu moins connus » ou alors j’étais directement appelé pour participer au projet, sans avoir à passer de casting au préalable.

Newsfromabc : Quels styles de photos aimez vous faire ?

Des photos qui permettent de mettre en avant à la fois ma particularité, que j’essaie d’entretenir au quotidien.

Séance photo pour la marque Adidas

Séance photo pour la marque Adidas

 

Newsfromabc : Pensez vous qu’il faut absolument avoir un beau physique pour être modèle photo ?

Un beau physique pas particulièrement, car pour ma part je ne pense pas avoir un physique d’exception. Toute la différence va résider dans le charisme qu’une personne dégage, son charme, son côté atypique si elle en a un.

Newsfromabc : Comment vous maintenez vous physiquement ?

Le physique a toujours été quelque chose de très important pour moi. Ceci bien avant que je débute le mannequinat, mais  d’avantage depuis. Chaque semaine, je fais 3 à 4 séances de sport : course et renforcement musculaire principalement.

Newsfromabc : Votre carrière nuit-elle à votre  privée ?

Pas du tout, bien au contraire ! Les femmes en sont la preuve (sourire).

Newsfromabc : Pensez vous avoir une profession durable ? Le mannequinat est tout de même un métier qui peut s’arrêter du jour au lendemain.

Clairement non. C’est pourquoi j’essaie de profiter du moment présent, des opportunités qui s’offrent à moi.

Newsfromabc : Quels sont les pricipales difficultés que peuvent rencontrer les modéles ?

Trouver des contrats rémunérés décemment (ET surtout!) en adéquation avec le mannequin en tant que personne et sa vision des choses.

Newsfromabc : Que pensez vous des émissions de télé-réalité comme « top model » ou « génération mannequin » ?

Je ne regarde, donc  ne peux pas me prononcer sur le fond. Mais sur la forme, devenir mannequin en passant par ces émissions n’est pas gage d’une carrière plus longue et plus belle.

Newsfromabc : Cette interview touche à sa fin, auriez vous un message à faire passer plus particulièrement ?

Etre fier de ce que l’on est, surtout si on a quelque chose d’atypique. Mais surtout faire de sa différence une force !