Concours Graines de Projets : une remarquable initiative

A l’occasion de la première édition du concours Graines de Projets organisé par l’association The Empowerment House, l’équipe de NewsFromABC a été conviée à assister à cet événement qui met en avant de jeunes personnes issues de la ville de Gennevilliers afin de présenter un projet qui leur tient à coeur et remporter, peut-être, la somme de 1000 euros.

La soirée commence à 20h14 précise. La salle est pleine et l’ambiance est survoltée. Nombreux sont les habitants de la ville de Gennevilliers à s’être retrouvés à l’espace Nelson Mandela afin de soutenir leurs amis qui, un à un, monteront prendre la parole afin de convaincre un impressionnant jury que leur projet mérite de remporter la compétition.

image1 (9)

Hapsatou Sy donne des conseils au public 

Mais, avant que ne débute officiellement le concours, la marraine de cette première édition, Hapsatou Sy, délivre un discours fort et plein d’énergie. Elle rappelle à tous ces jeunes « de quartier » que la diversité culturelle est une force et que, malgré les bâtons que met la société dans leurs roues, on peut réussir à entreprendre des projets. La jeune femme cite de nombreuses fois son père qu’elle considère comme étant une figure influente dans sa vie et ajoute que, le plus important c’est d’essayer. S’en suit une intervention du maire de Gennevilliers. « Il faut aller au bout de ses désirs, de ses envies » dit-il d’un air glorieux. Issu d’une classe ouvrière, ce sont ses parents qui lui ont légué l’envie de travailler. « C’est par les rêves qu’on avance » conclut-il.

La soirée continue avec une présentation du jury : Salima, gagnante du concours The Brush Contest mais aussi le comédien Fahd El ou encore Djibril Bodia, fournisseur officiel des baguettes de l’Elysée. Ils ont tous un point commun : ils ont réussi à dépasser les stéréotypes qu’on colle aux « banlieusards ». Chacun d’eux représente la réussite d’une nouvelle génération de jeunes issus de parents africains, caribéens ou maghrébins.

Après une introduction pleine d’espoir et d’ambition, c’est au tour des jeunes participants de montrer sur scène tour à tour. On commence par deux jeunes adolescentes qui souhaitent construire des puits à Dakar et ont l’air très conscientes des problèmes dans le monde. A coups de chiffres et d’informations pertinentes, elle tente de convaincre un jury attentif. Le second participant s’appelle Lyazid, il a 22 ans et souhaiterait honorer son héritage berbère en créant une plateforme VOD réunissant les films de sa région, difficile à trouver pour cette communauté et, pourquoi pas, étendre sa plateforme à beaucoup plus de régions dans le monde plus tard.

Le troisième projet est tout aussi ambitieux que les deux premiers puisqu’il propose de s’occuper d’orphelins sur le plan affectif et éducatif. Deux cousins prennent ensuite la parole pour le 4ème projet qui consiste à mettre en place une loterie en ligne qui ferait gagner des jeux vidéos trop chers en temps normal.

Si les quatre premiers projets sont tous aussi intéressants les uns que les autres, le cinquième projet n’a rien à leur envier : deux jeunes filles, Soumaya et Khadija, proposent d’ouvrir une salle d’étude à Gennevilliers, Génie Room, qui serait ouverte de 7h à 1h du matin car les bibliothèques sont peu accessibles et ferment trop tôt. En pleine période d’examen, ce projet tombe à pic. On fait ensuite la connaissance de Rida, lycéen en terminale S qui voudrait développer une application mettant en contact les professeurs et les élèves ayant des difficultés dans certaines matières. Peu fort en mathématiques et souvent en retard en cours, le jeune homme utilise son « expérience personnelle » pour convaincre les membres du jury.

Alors que les arguments battent de leur plein, une pause humoristique en compagnie du jeune talent Michael vient détendre une atmosphère déjà très joyeuse. Mais les choses sérieuses reprennent très vite et les cinq derniers candidats attendent leur tour avec impatience.

Kaoutar et Bouchra, étudiantes en master de commerce et en faculté de droit, veulent créer un co-voiturage inter-religieux. Le concept est simple : cette application nommée Bookar permet d’emmener qui le veut à son lieu de culture gratuitement. Elles veulent, par cette initiative citoyenne, favoriser la cohésion sociale. Ensuite, le huitième projet est proposé par deux jeunes femmes très actives dans le milieu associatif et humanitaire . Elles veulent partir aux quatre coins du monde pour former des animateurs.

Place à l’art : trois danseuses d’une association en cours de développement « Art Rythme Ethik » exécutent une chorégraphie dancehall avant de mettre en avant un projet de cours de danse peu couteux afin d’encourager les jeunes à se lancer. L’avant dernier projet est proposé par trois soeurs souhaitant ouvrir le restaurant végétarien insolite Ganaki. Elles sont motivées pour faire aboutir cette idée et veulent offrir aux clients un bon moment et de bons repas. Enfin, Ummanité, association réunissant déjà une soixantaine de jeunes, monte sur scène et présente son initiative : aider toute personne sans abris mais aussi les migrants, leur apporter des vivres, de la chaleur humaine et un soutien sans faille.

Le jury s’en va ensuite pour délibérer et, deux représentantes de The Empowerment House, Sarah et Sawsan, nous racontent l’histoire de l’association créée en Septembre dernier. L’objectif est mettre en relation des personnes passionnées avec d’autres personnes aux idées foisonnantes mais qui ont peur de se lancer. Avec des événements sportifs et théâtraux, l’association peut se vanter d’un joli palmarès en peu de temps. Motiver les jeunes est leur priorité !

Aux alentours de 23 heures, le jury revient avec deux chèques aux mains de Charlotte, une troisième représentante de l’association qui est intervenue tout au long de la soirée. Le premier gagnant est finalement annoncé : c’est Rida et son projet d’application de mise en relation entre professeurs et élèves. La foule l’applaudit et c’est émue que sa mère vient l’embrasser sur scène. Surprise ! Un deuxième prix de 500 euros est décerné à Ummanity pour les encourager à continuer dans leur voie.

image1 (8)

Moment d’émotion à l’annonce de la victoire de Rida 

Beaucoup se demanderont : que peut-on faire avec 500 ou 1000 euros? Et bien sachez que même avec 1 euro, des miracles opérent. La somme pourrait paraitre dérisoire face à des concours prestigieux, mais qui a vraiment parlé de prestige? Graines de Projets est une initiative plus forte que n’importe quelle compétition puisqu’elle fait appelle à l’esprit entreprenant de jeunes personnes dénigrées au quotidien à la télévision et sur les réseaux sociaux. The Empowerment House a encore de beaux jours devant elle et soyez sûrs que nous suivrons les avancements de cette association à la loupe ! Encore bravo à eux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s