YOOSTART, la nouvelle plateforme qui fait la différence

 

Imaginez une grande boutique en ligne où trouver de toutes nouvelles pièces que personne d’autre n’aura (le rêve de toute fille !). Imaginez des pièces de bonne qualité à des prix inégalables. Imaginez ces pièces accessibles depuis votre canapé. Imaginez une boutique en ligne où le client et le prestataire peuvent directement communiquer sur le produit. N’imaginez plus, cette plateforme existe : YOOSTART now !

 

YOOSTART c’est quoi exactement ?

Acronyme de l’anglais « You start », Yoostart est une plateforme exclusivement dédiée aux activités en lancement. L’objectif est de mettre en avant les nouveaux créateurs de demain. Cette plateforme n’est pas seulement une vitrine pour la visibilité de ces créateurs mais aussi le lieu de vie d’une communauté. Ce site est un réseau social combiné à une Marketplace.

« Le petit plus chez Yoostart c’est que l’équipe accompagne les jeunes créateurs dans leur relation avec leurs clients et partenaires potentiels. » Toutes les personnes inscrites sur le site viennent dans un même but:  découvrir ou faire découvrir de nouvelles activités. Le consommateur sait ce qu’il achète et d’où proviennent les produits. Du côté du créateur, il n’a pas à bâtir tout une communauté, comme sur les autres réseaux sociaux, car il est déjà entouré d’amis. Les toutes petites entreprises sont mises à l’honneur et se sentent chez elles !


Et puisque lieu de vie n’est pas indissociable d’interaction, Yoostart offre la possibilité aux créateurs de se créer un réseau en interagissant simultanément les uns avec les autres. Les groupes de discussions permettent aux membres de se rencontrer et les fils d’actualité permettent aux créateurs d’élargir leur clientèle rapidement.


Des rendez-vous networking mensuels sont planifiés, ainsi que des ventes privées, des journées vente thématique, et des formations. Tout est pensé pour accompagner au mieux les autoentrepreneurs et les aider à prendre leur envol.

Mais puisque rien ne vaut le contact réel, Yoostart est une plateforme internet qui reste ouverte sur le monde. Bien qu’internet soit le meilleur outil aujourd’hui pour le lancement d’un projet, l’objectif de cette plateforme réside dans l’essence même d’une communauté, soit les rencontres, les vraies via une chaîne de networking dont on va bientôt entendre parler.

En attendant, allez y jeter un œil en shoppeur avisé et/ou créer votre compte pour lancer et partager vos idées !

 

C’est ici : https://www.yoostart.com/

Publicités

Deborah Rouchedi Créations, la mode cosmopolite en toute simplicité

Après la découverte de la créatrice Natacha Baco et du créateur Eddine Belmahdi, on plonge encore dans la fashion world ! Aujourd’hui on vous fait découvrir Déborah Rouchedi, modéliste et créatrice qui a lancé sa propre marque : Déborah Rouchedi Créations, il y a tout juste un an !

Femme curieuse, qui prône la simplicité et revendique la place des jeunes dans le monde de la mode. Du haut de ses 30 ans elle crée sa première collection « terres des glaces ». Entre simplicité et élégance elle  nous fait voyager à travers les pays nordiques, parmi formes géométriques et couleurs glacées. Allez jeter un coup d’œil, il y en a pour tous les goûts !

La créatrice Déborah Rouchedi


Newsformabc : Pouvez-vous vous présenter ?

La mode étant ma passion, j’ai fait toutes mes études dans la mode du BEP, puis brevet de technicien créations de vêtements sur mesure et un BTS dans l’industrie textile. je suis partie en Angleterre pour apprendre l’anglais. J’ai été jeune fille au pair pendant un an. J’ai bossé ensuite dans une entreprise de prêt-à-porter en étant modéliste pendant 4 ans.

J’ai démissionné pour partir à Mayotte, pour me couper de cette vie parisienne. Je n’y retrouvais pas ma culture paternelle. Arrivée à Mayotte j’ai été prof de couture. Je suis restée un an là-bas. Et c’est en 2015 que je suis rentrée à Paris pour monter ma boîte : Déborah Rouchedi Créations.

Newsfromabc : Comment est née cette envie de créer ? 

C’est inné je dirais. Depuis toute petite je suis manuelle, je n’étais pas vraiment faite pour les études. J’ai toujours été créative, j’ai toujours aimé la décoration, la peinture. Dès que je suis passée dans les études professionnelles, mon niveau s’est relevé.

Newsfromabc : Vous avez occupé un poste de professeur de couture à Mayotte. Ce pays a-t-il influencé votre travail ?

Ça n’a pas seulement influencé mon travail, ça a changé toute ma vie ! J’ai grandit à Paris et me retrouver à Mayotte m’a mis une claque ! Même si je sais d’où je viens, travailler avec ces gens qui n’ont pas grand chose mais qui sont heureux, ça m’a ouvert l’esprit. Quand je suis revenue je me suis dit que je n’avais pas besoin de toutes ces choses futiles et superficielles. Là-bas on connait la valeur de la personne. Si je n’étais pas passée par la case Mayotte, je pense que je n’aurais pas lancer ma propre boite. C’était une opportunité. Ça a changé ma façon de voir les choses. J’ai découvert la simplicité des choses, la simplicité dans le monde de la mode, ce qu’on n’a pas ici. Ici, il faut toujours être mieux habillé, mieux coiffé, c’est Paris quoi !

img_5105

Newsformabc : On dit que les cordonniers sont les plus mal chaussés. Qu’en est-il pour les stylistes ?

C’est exactement la même chose. Je ne fais jamais mes ourlets. J’ai un style plutôt sobre. Mais la chose qui peut me démarquer ce sont mes vestes que je fais toujours moi-même. Dès que je me réveille le matin je ne me prends pas la tête.

Newsfromabc : Il y a-t-il une différence entre l’idée qu’on se fait du métier et la réalité ?

Oui et non, ça dépend de la vie dans laquelle on est. Quand on est à Paris on a beaucoup de paillettes dans les yeux, on se dit qu’on va travailler dans les grandes maisons de mode après une grande école. Ce que je préfère c’est l’échange. La réalité a été la même pour moi.

Newsfromabc : Quelle est votre marque de fabrique ?

Je dirais le détail. J’aime les choses bien faites, je suis très minutieuse, très exigeante, on  dit souvent que ça ne sert pas à grand-chose les détails et la finition. Je dirais que c’est le plus important.

Newsfromabc : Vous avez récemment présenté votre nouvelle collection « terre de glaces ». Quelles ont été vos inspirations lors de la création de cette nouvelle collection ?

 Les pays nordiques. C’est marrant, je suis très curieuse et j’aime toutes les cultures ! J’ai été attirée par leurs imprimés graphiques. C’est parti d’un coup de cœur sur un tissu que j’ai trouvé.

 Newsfromabc : Quels changements aimeriez-vous voir dans le domaine de la mode ?

J’aimerais voir plus de jeunes créateurs. Malheureusement la mode est très fermée. Les jeunes sont un peu mis à l’écart, et on a souvent du mal à se faire sa place. On a énormément de choses à montrer. On a beaucoup de valeurs, mais on les a laissées un peu de côté,

J’aimerais aussi voir plus d’échanges entre les différents secteurs : entre les mannequins, photographes, etc.

Newsfromabc : Avez-vous des personnalités qui influencent vos choix en matière de mode ?

Je ne regarde jamais les défilés de la fashion week, je ne suis pas sensible à leurs dernières tendances. Je puise plutôt mon inspiration dans la rue, j’aime voir ce qui se passe autour de moi, sur les réseaux sociaux aussi (pinterest) et les looks des people. J’ai vécu à Londres et j’aime y retourner pour voir leur style.

Newsfromabc : Nous sommes en pleine expansion du « made in France » cela fait-il partie de vos préoccupations ?

Je ne sais pas. Comme je ne travaille pas que pour moi, je dirais que ce n’est pas ma priorité, mais comme je fais tout moi-même en France, ça reste du made in France.

Newsformabc : Quels sont vos best-seller ?

Pour la nouvelle collection, c’est la robe. Je suis beaucoup dans l’échange donc je demande aux gens ce qu’ils ont préféré et ce qu’ils ont aimé le moins.

14463245_1092785884172149_4896148994055916673_n

Le best-seller de la collection « Terres des Glaces »

Newsformabc : Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui aimerez se lancer dans la mode ?

 Faire confiance aux gens, échanger avec d’autres jeunes, surtout à l’heure actuelle.

Et la phrase que je dis souvent c’est « chacun son métier » tout ce qui est mise en avant ce n’est pas mon truc. Les meilleurs résultats se font pour la collection, on s’est tous fais confiance, chacun a mis son savoir-faire. Et quand on a des personnes qui nous soutiennent, ce qui est mon cas, c’est encore mieux ! C’est tout un travail d’équipe en collaboration.

Deborah Rouchedi, une créatrice dans l’âme. Pour vous procurer ses creatrions empreints d’élégance, il vous suffit de la contacter via sa page Facebook.