Lorsque la chevelure devient un luxe vestimentaire. 

Allier mode et coiffure ? Il fallait y penser. C’est chose faite avec Murielle Kabile fondatrice de la marque AKM design évolution. Entre parures sculptées à l’aide de cheveux et réalisations de coiffures exceptionnelles, Murielle Kabile une vraie femme aux doigts de fée !

Coiffeuse artistique confirmée, coiffeuse officielle de la black fashion week en 2014, collaboration avec des grandes marques telles que Ebano Gallery Milan, Tiffany’s Fashion week au Mariott Champs Elysées, Pulp Fashion week et présentation de sa collection au festival de Cannes, le parcours de la coiffeuse artistique peut faire des envieux !  A la tête de l’entreprise AKM design évolution, le concept est simple : réunir plusieurs artistes pour faire quelque chose d’unique en mélangeant leurs divers savoir-faire.

Une artiste avant-gardiste, elle ne s’en cache pas. Ses créations sont aussi démesurées les unes que les autres. Vous avez besoin de renouveau ? Eh bien vous allez être servi avec Murielle Kabile ou devrai-je dire la femme aux doigts de fée !


Newsfromabc : D’où vient cette passion pour la coiffure ?

C’est quelque chose d’innée en moi. Depuis petite je crée des vêtements, je changeais de coiffure tout le temps. J’ai baigné dedans, ça fait partie de moi.

Newsfromabc : Qu’est ce qui a déclenché en vous l’idée de combiner l’art et la mode pour la confection de vos pièces ?

Je ne voulais pas séparer ce que je savais faire. Je me suis laissée le temps de prendre la confiance, d’examiner et d’avoir le savoure-faire. J’avais besoin de combiner mes deux talents. On est dans un monde fermé, les gens aiment voir ce qu’ils ont pour habitudes de voir. Mes créations sont atypiques, mais je persiste et je reste dans mon univers.

Newsfromabc : Vos créations sont assez démesurées. Reflètent-elles votre personnalité ?

Tout à fait ! Étant donné que je crée en fonction de mes inspirations du moment. Je ne programme pas ce que je vais faire. Tout est une question d’humeur, il faut que je sois bien dans ma tête.

Newsfromabc : Créatrice, styliste, sculpteur, vous semblez incarner tout à la fois, comment peut-on vous qualifier exactement ?

Le seule mot artiste suffit. Nous sommes assez large dans nos esprits. On a souvent plusieurs cordes à nos arcs, on est rarement sur une seule position.

Newsfromabc : On dit que « les cordonniers sont les plus mal chaussés ». Qu’en est-il pour les coiffeurs ?

Je dirais que tout dépend du tempérament de chacun. Je prends le temps de faire les choses, je fais attention à mon image. C’est important dans le milieu où je suis. La première chose qu’on va regarder c’est la coiffure. Je ne me sens pas concernée par cela.

Newsfromabc : Vous collaborez souvent avec des grandes marques, c’est donc différentes expériences. Pouvez-vous nous en parler ?

Cela dépend de comment j’interviens, en tant que coiffeuse ou directrice artistique. Mon but c’est de travailler pour moi et éviter d’être derrière les autres. Lorsque nous sommes appelés à collaborer pour les marques, les créateurs ne nous prennent pas forcément aux sérieux, nous ne sommes pas des artistes à leur yeux, ce qui est un petit peu dommage. Au niveau des expériences, j’ai encore plus envie de créer des événements. Pas mal d’artistes me contactent, c’est très enrichissant de voir le mode de fonctionnement des autres.

Newsfromabc : Le 8 octobre dernier vous avez présenté votre toute première collection « Hair du temps ». Quelle ont été vos inspirations ?

C’était la toute première collection que j’ai créé à la suite du retour à Cannes. Des créations pour voir l’engouement des gens étant donné que j’ai eu des retours positifs. C’est un jeu de mot entre l’art de la vie, le temps pour dire que le cheveu est éternel, indémodable comme matière.

Deux créations signées Murielle Kabille – Collection Hair du temps

Newsfromabc : Les tresses sont pratiquement présentes dans toutes vos créations. Pourquoi avez-vous choisi la tresse comme « signature » ? 

C’est certainement ce qu’il y a de plus symbolique de mes racines. On a souvent porté la tresse. En tant que femme noire, nos parents ne savaient pas forcément comment nous coiffer. La tresse c’est une façon de rassembler mon travail et mes racines. La tresse symbolise mon enfance, faire un rappel aux racines sans pour autant rentrer dans le symbole pur. J’essaye d’être ouverte au monde. La tresse est internationale !

Newsfromabc : Des conseils pour les futurs artistes ? 

Il faut être fort et avoir la tête sur les épaules. S’évader, étudier le marché et s’entourer des bonnes personnes. Il faut persister et surtout ne jamais douter !

Des créations « insolites » mais qui plaisent, Muriele Kabile a su faire la différence ! La mode embrasse un « nouveau genre de beauté. »

Publicités

Fashion interview avec le styliste Eddine Belmahdi

 

Eddine Belmahdi est un designer Franco-italo-algerien. Autodidacte, il décide de lancer sa propre maison de couture. Il puise son inspiration dans le métissage pour créer des vêtements qui peuvent être portés par toutes les femmes.

Pour la création de ses vêtements, le styliste Eddine Belmahdi privilégie des matières préciseuses comme la soie, le velours et le crêpe pour offrir des pièces uniques à ses clientes. Il a habillé quelques célébrités du Maghreb et du monde arabe telles que l’actrice Sara Tekaya ou encore la chanteuse Natasha Sabeh.

Notre fashion designer qui porte un Karakou homme Eddine Belmahdi

Newsfromabc : Quelle a été votre première création ?  

Ma première création ça été une robe verte, portefeuille. C’est une robe qui m’a été inspiré par une chanteuse libanaise.

La chanteuse Natasha Sabeh vêtue d’une robe Eddine Belmahdi



Newsfromabc : Vous êtes d’origine algérienne. L’Algérie est un pays avec une culture très riche et variée. Ce pays influence-t-il votre travail ?

C’est ma principale source d’inspiration. Il y a eu tellement de métissage que c’est une source d’inspiration sans fin. Malgré que ma mère soit française, je tiens plus à l’Algérie peut-être parce qu’elle m’a toujours poussé à être fier de mon métissage. 

Newsfromabc : Pouvez-vous nous dire pourquoi les tenues traditionnelles arabes séduisent elles de plus en plus ?

Je pense que ça a toujours séduit. Maintenant on a beaucoup plus d’informations. Il y a un engouement pour la mode couverte, pudique. Les femmes n’ont pas spécialement envie d’être dénudées. Elles peuvent séduire tout en étant couverte.

Newsfromabc : Quels conseils en matière de mode traditionnelle donneriez-vous à nos lectrices ?

Évitez les pantalons en aluminium, les coupes trop grandes et surtout essayez de sortir du lot sans êtres déguisées. Le plus important c’est de s’assumer pleinement.

 

L’actrice Sara Tekaya lors du festival international du film de Marrakech avec sa robe signée Eddine Belmahdi

 
Newsfromabc : Quels changements aimeriez-vous voir dans l’industrie de la mode ?

J’aimerais voir des mannequins qui ressemblent plus à des femmes et un peu moins à des portes mentaux. Je trouve que la mode se porte plutôt bien en ce moment. J’espère surtout que le grand changement ce sera moi ! Mon objectif serais de faire porter un Karakou à Kim Kardashian et Haïfa Wehbe. 

Newsfromabc : Pensez-vous qu’il y a une différence entre vous et les autres stylistes de votre génération ?

Au niveau technique je ne pense pas. Chacun à son univers. En ce moment il y a une belle brochette de jeunes qui lancent leurs maisons de coutures sans pour autant travailler avec les grandes marques connus.

Newsfromabc : Des conseils à donner aux personnes désireuses de devenir styliste ? 

N’hésitez à vous lancer, étudiez les tendances. Jouez avec les matières et suivez votre passion. Le plus dure c’est de se lancer.